113 Boulevard de Sébastopol, 75002 Paris, France
+33 (0)1-53-00-95-55 | contact@barond.fr

Suite au confinement, une grande envie d’espace

1
Juin

Entre la possibilité du télétravail et la sensation d’enfermement, le confinement a renforcé chez les citadins l’envie d’espace, de grand air, de vert et de calme. Sus aux villes et campagnes aisément accessibles, aux résidences secondaires et à la location saisonnière !

Suite au confinement, une grande envie d’espace

La bulle du confinement a donné aux citadins des envies de grand large. Au minimum un balcon, si possible une terrasse, une pièce en plus ce serait génial, un jardin, ce serait Byzance et la piscine, carrément le paradis !

Qui n’a pas envie d’être au calme pour perpétuer ce silence bienfaiteur qui a envahi nos villes ? Qui ne souhaite pas vivre proche de la nature pour s’évader sans risquer un contrôle ou une rencontre potentiellement dangereuse ?

Encore faut-il avoir les moyens de sa « folie des grandeurs »…

Faire du secondaire le principal

La tentation est forte, et certains d’entre vous y ont sans doute pensé, de faire de sa résidence principale sa résidence secondaire. Finalement on y a parfaitement bien vécu et travaillé pendant ce confinement, dans une qualité de vie bien supérieure, alors pourquoi ne pas continuer ? Soyez attentifs, des biens dans les villes risquent de se libérer…

Et il est fort probable que les maisons à quelques heures en TGV d’une grande ville soient très prisées. Pour Paris, redistribution des cartes sur Nantes, Rennes, Bordeaux, Lyon et pourquoi pas Avignon, Aix, Marseille. Une très très grande couronne ! Avec le télétravail, les trajets domicile-travail se réduisent et de telles solutions deviennent tout à fait envisageables.

D’autres se rabattront sur les locations saisonnières à plus ou moins longue durée.

Les Français ont toujours le goût d’un lieu, aussi modeste soit-il, où écouler des jours heureux, d’un bien qui soit aussi un investissement ou un patrimoine à transmettre. C’est juste que les nouvelles conditions de travail et les envies de vivre autrement leur font désormais repenser leur habitat.